Histoire du Musée

Succédant au Musée des Antiquités fondé en 1852 et installé à l’Académie de Lausanne, devenu Musée archéologique (1877) puis Musée historique (1908), le MCAH assure la conservation de collections très diverses, reflet de l’évolution des pratiques muséales depuis plus de 150 ans.

Après avoir longtemps hésité sur son nom, le MCAH est Musée cantonal d’archéologie et d’histoire depuis 1955. La dénomination est peu commune. La tradition veut en effet que les musées soient "d’art", parfois "d’art et d’histoire" ou "d’archéologie", mais rarement "d’archéologie et d’histoire". La distinction ne repose pas au MCAH sur la nature des collections, ni sur la chronologie, mais sur leur mode d’entrée au musée : objets issus de fouilles archéologiques de toutes périodes d’un côté et transmission de pièces par dons, legs ou achats pour la partie histoire.

L’archéologie représente de loin le mode d’acquisition le plus important, avec en moyenne 2000 à 3000 numéros d’inventaire supplémentaires chaque année. Rappelons en effet que depuis 1912, suite à l’entrée en vigueur du Code civil suisse, le produit des fouilles est reconnu comme propriété exclusive des cantons. Les collections archéologiques, de la préhistoire à nos jours, ont augmenté de manière exponentielle depuis les grands travaux autoroutiers, dès les années 1960. Le développement de l’archéologie préventive, suite à la mise en place d’un service cantonal d’archéologie en 1973, ne cesse ainsi pas d’enrichir les dépôts du Musée de multiples témoins matériels récoltés au cours des fouilles.

Les collections d’histoire, en grande partie des objets patrimoniaux appartenant au canton de Vaud et inscrits à l’inventaire du MCAH pour être mis en sécurité, constituent un fonds important avec des provenances prestigieuses telles que les châteaux de Chillon et Saint-Maire ou la Cathédrale de Lausanne. Elles sont visibles en permanence dans ces lieux.