La préhistoire

Du retrait glaciaire à l'Âge du Bronze (salle Troyon)

Qu'est-ce que la préhistoire ?

Laissons la parole à Frédéric Troyon (1815-1866), "inventeur" de la préhistoire vaudoise et premier conservateur du Musée : "Ce qui a manqué à notre pays avant l’ère chrétienne, ce ne sont pas les habitants, mais bien les historiens. Cette absence de documents écrits n’est cependant pas irréparable. Il est un autre genre de documents, non moins positifs que les parchemins, qui consiste dans les débris de l’industrie qu’on trouve enfouis sous la surface du sol."

1. Maquette (détail) de l'abri sous roche du Mollendruz (Mont-la-Ville). Mésolithique, vers 9000 av. J.-C.

Paléolithique et Mésolithique (13 500 - 5500 av. J.-C.)

À la fin du Paléolithique, et surtout durant le Mésolithique, de petits groupes de chasseurs-cueilleurs parcourent le territoire au fil des saisons. Les traces de leurs campements, dans des abris sous roche ou en plein air, jalonnent leurs déplacements, en plaine ou en moyenne montagne (Alpes et Jura).

2. Armatures (pointes) de flèche en silex. Mollendruz (Mont-la-Ville). Mésolithique, vers 7000 av. J.-C. Longueurs : env. 2 cm.

Ces populations nomades exploitent une large gamme de ressources, dans un milieu essentiellement forestier. Les vestiges conservés dans les sites archéologiques sont modestes: armes et outils en silex et en os, restes d'ossements d'animaux chassés et consommés, restes de foyers...

3. Céramique. Vallon-des-Vaux (Chavannes-le -Chêne). Néolithique, entre 4300 et 3700 av. J.-C.

Néolithique (5500 - 2200 av. J.-C.)

Avec le Néolithique, le mode de vie se modifie radicalement, avec l’adoption de l’agriculture et de l’élevage, impliquant la sédentarisation des populations, accompagnée de défrichements pour les cultures et les pâtures. Les témoins matériels se multiplient, avec en particulier l'apparition de la poterie et des outils en pierre polie.
Les premiers villages littoraux sont installés au bord des lacs de Neuchâtel et de Morat, ainsi que du Léman.

4. Maquette d'une maison néolithique (détail). Yverdon-les-Bains, vers 2800 av. J.-C.

Dans les sites lacustres, le milieu humide a préservé quantité d'objets fragiles ou en matière périssable, ailleurs disparus: céramiques intactes, vanneries, objets en bois, tissus. Le plan des maisons et l’organisation des villages, dans ces contextes archéologiques privilégiés, sont bien connus.
À cette époque, plusieurs grands cimetières, en particulier dans la région lémanique, ont été fouillés et nous renseignent sur les pratiques funéraires néolithiques. D’autres expressions d’ordre cultuel ou religieux ont laissé des traces, sous la forme de menhirs, isolés ou regroupés en alignements, ou de stèles gravées.

5. Perles en ambre, verre et or. Corcelettes et Mur. Âge du Bronze, entre 1000 et 800 av. J.-C.

Âge du Bronze (2200 - 800 av. J.-C.)

L'âge du Bronze est marqué par les progrès foudroyants de la métallurgie. C'est aussi l'augmentation des échanges et du commerce, l'importation d'étain dont l'alliage avec le cuivre est indispensable pour la fabrication du bronze. À cette époque, on assiste à la mise en place d'une société hiérarchisée, avec des marques de prestige comme l'épée en bronze ou le cheval et son harnachement.

6. Maquette d'un village littoral (détail). Concise, 1635 av. J.-C.

À côté des villages lacustres, reconstruits périodiquement, se développent des habitats de plaine, mais aussi de hauteur, à vocation défensive: ils indiquent une occupation plus dense du territoire, voire une compétition entre communautés.
Les pratiques funéraires changent: inhumations simples au début de l'âge du Bronze, puis sous tumulus (tertre de terre). À la fin de l'âge du Bronze, l'incinération se généralise. Des reconstitutions et des maquettes illustrent ces propos, en particulier celles de tombes fouillées récemment dans la région lausannoise.

  1. Crédits photographiques: 1,4,6 : Fibbi-Aeppli © MCAH - 2,3,5 : Yves André © MCAH
  2. Maquettes : Hugo Lienhard